1111

Libertés individuelles / discriminations

  • Article publié le 12 avril 2021
  • /
  • 109 visites

Appel des URIF en défense de l’UNEF | Défendons les libertés syndicales

Nous, organisations syndicales d’Ile-de-France CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF et UNL, porteur d’un syndicalisme de lutte et de transformation sociale, condamnons les propos et les attaques d’un autre temps contre l’une d’entre nous, de ses militants et militantes, qualifiée par un ministre d’organisation syndicale dont les pratiques « ressemblent au fascisme ». Ce même ministre qui n’a pas hésité à créer – à coup de dizaines de milliers d’euros – un syndicat à sa botte et à truquer, de fait, des élections …

Cette attaque est une étape inquiétante au regard des dispositifs législatifs qui se sont multipliés depuis ces dernières années visant à affaiblir et à discréditer le syndicalisme, d’autant plus s’il refuse d’accompagner les plans du gouvernement :

- Affaiblissement de la représentativité des salarié.es dans les entreprises avec la création des CSE ;
- Suppression pure et simple pour les organisations syndicales de pouvoir défendre les fonctionnaires face à leurs employeurs avec la loi de transformation de la Fonction publique, avec la disparition de fait des CAP et des CHS-CT ;
- Interdiction de filmer l’action des forces de l’ordre dans les manifestations contenue désormais dans le projet de loi « séparatisme » ;
- Remise en cause du droit d’organiser une manifestation dans les universités ;
- Organisation du fichage des militant.es syndicaux ;
- A cela s’ajoute, en particulier en Région parisienne la brutalité et les méthodes des forces de l’ordre décidées par un préfet de police, visant à vider les cortèges des manifestant.es pacifiques.

Et maintenant, un nouveau cran est franchi : un amendement du Sénat ouvre la voie à la dissolution d’une organisation syndicale qui aurait l’outrecuidance de s’opposer aux projets du gouvernement. Ce gouvernement qui sait mieux que nous comment nous devons nous organiser pour lutter contre ses projets qui visent à nous soumettre.

Ne nous le cachons pas, toutes ces mesures, tous ces propos, n’ont qu’un seul objectif : faire taire toute forme de contestation, contraindre des organisations syndicales à l’obéissance et mettre fin à toute forme de démocratie sociale. Au final, une parfaite définition d’un État qui penche dangereusement vers le fascisme n’écoutant plus que les sirènes de l’extrême droite.

Nous ne nous laisserons pas intimider ! Nous défendrons nos libertés syndicales !!

Toucher à l’UNEF, c’est toucher à chacune de nos organisations !



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20